Alliages

Alliages
» Durcet, Lieu Dit la Boudiniere, Lieu Dit la Grande Ferme Lieu Dit la Maurinais, Lieu Dit la Morandiere,Lieu Dit la Petite Rousselaie Lieu Dit la Sansonniere Lieu Dit la Tretiere Lieu Dit la Trihanniere,Lieu Dit Launay Boeuf Lieu Dit le Baux Lieu Dit le Beaulieu , Lieu Dit le Boulay, Lieu Dit le Bourg Lieu Dit le Château Lieu Dit le Cotin Lieu, Dit le Haut de Durcet, Lieu Dit le Logis Lieu, Dit le Menil Logis Lieu, Dit le Parsauque, Lieu Dit le Petit Ros, Lieu Dit le Plessis Lieu Dit le Poirier Lieu Dit le Pre Macrel, Lieu Dit le Rocher,Lieu Dit le Ros Lieu Dit le Val Lieu Dit les Closets, Lieu Dit les Onfrairies, Lieu Dit les Poulardieres, Lieu Dit Magny

jeudi 18 mai 2017

Emilien François Albert GUIBOUT sabotier et puis Soldat ...





 Emilien François Albert  GUIBOUT  était Soldat du 324e R.I. pendant la première guerre mondial.

Il était né à Durcet le 20/07/1879  il était Sabotier dans le bourg .
Il était le  Fils de François Louis un tisserand au Beaulieu et de Victorine Marceline MORAND

- il  Convole en juste noce le 16/10/1903 avec Marie Camille BERNIER  née  à Bellou-en-Houlme le 16/03/1880.


La maison du sabotier à gauche là où demeurait M. Angot ferrailleur  (info de Claude Guibout)

Emilien François Albert  GUIBOUT fut tué à l'ennemi  le 18/05/1917 pendant " la bataille des géants " sur Les Mont haut de Moronvilliers.

"


Les Mont de Moronvilliers ont constitué un point d'observation stratégique pour l'armée allemande durant toute la guerre. Leur prise aurait inversé la situation et permis aux Français une vue sur les arrières ennemies. Cette bataille des monts se rattachera à l'offensive franco-britannique sur la Scarpe et sur l'Aisne, elle se déroulera du 17 avril au 20 mai 1917.



 "Ce vendredi 18 mai 1917, les tirs de batteries augmentent contre le Cornillet. Les Crapouillots sont de la partie: " Ils ont hissé jusque-là leurs 58 ou leurs 75, mêlés aux fantassins; ils partagent avec eux ce qui subsiste des abris allemands, dont les entrées s'ouvrent face à l'ennemi, lequel est là, tout près. Ils ne peuvent se ravitailler que la nuit. Au clair de lune ou dans une obscurité qu'illuminent tout à coup les fusées éclairantes, il faut descendre jusqu'à la voie romaine, puis gravir, la bombe sur l'épaule ou les bouteillons à bout de bras, des boyaux défoncés ou des pistes incertaines. Les Allemands connaissent mieux que personne les vallons propices à ces cheminements. Ils les aspergent d'obus fusants dès que leurs observateurs y repèrent un mouvement... " (P. WALINE).
Et rencontre de patrouilles dans la région du mont Cornillet.



La préparation d'artillerie va durer sept jours, le 20 avril les français sont au sommet du Cornillet du Mont Blond, du Mont Haut du Téton et du Mont Sans Nom. Les Allemands vont contre-attaquer violemment depuis le tunnel du Cornillet qui constitue un refuge pour toutes les troupes ennemies, rendant longtemps la victoire indécise. Il faudra attendre le 20 mai pour qu'un obus de 400mm tiré depuis le camp de Mourmelon atteigne une cheminée d'aération et asphyxie 600 jeunes soldats venus en réserve, le tunnel est évacué et la victoire est française. 6000 Allemands seront faits prisonniers durant cette bataille qu'ils nommeront " la bataille des géants ".


Source :
Front de champagne