Alliages

Alliages
» Durcet, Lieu Dit la Boudiniere, Lieu Dit la Grande Ferme Lieu Dit la Maurinais, Lieu Dit la Morandiere,Lieu Dit la Petite Rousselaie Lieu Dit la Sansonniere Lieu Dit la Tretiere Lieu Dit la Trihanniere,Lieu Dit Launay Boeuf Lieu Dit le Baux Lieu Dit le Beaulieu , Lieu Dit le Boulay, Lieu Dit le Bourg Lieu Dit le Château Lieu Dit le Cotin Lieu, Dit le Haut de Durcet, Lieu Dit le Logis Lieu, Dit le Menil Logis Lieu, Dit le Parsauque, Lieu Dit le Petit Ros, Lieu Dit le Plessis Lieu Dit le Poirier Lieu Dit le Pre Macrel, Lieu Dit le Rocher,Lieu Dit le Ros Lieu Dit le Val Lieu Dit les Closets, Lieu Dit les Onfrairies, Lieu Dit les Poulardieres, Lieu Dit Magny

vendredi 22 août 2014

Deux durcetois mort à la bataille de Ethe

GÉMY Octave Joseph et YVER Gaston Paul deux Soldats du 103e R.I. , nés à Durcet, ils avaient 21 ans : Ils sont mort au combat le 22/08/1914 à la bataille de Ethe 

En garnison à Alençon et Paris au moment de la mobilisation d'août 1914, rattaché à la 14e brigade d'infanterie de la 7e D.I.
 


Extrait des combats du 22 Août 1914 à Ethe en Belgique.
06h :
L’avant-garde de la 7e division se trouve encore à Gomery. Les dernières unités sont sur le point d’atteindre la ligne de chemin de fer Virton – Musson, de sorte que les batteries se trouvent encore au nord de Ruettes, attendant que le passage soit ouvert. Les 2 bataillons du 101e sont près de Ruettes et le 102e est sur la route, sa tête à la sortie de Grandcourt.
Les éclaireurs aperçoivent des fantassins allemands sur la crête qui domine la rive sud du Ton. Les cavaliers sont partout arrêtés par des coups de fusil.
La 12e compagnie du 103e R.I. est chargée d’ouvrir le passage au 14e hussards et de dégager une ferme occupée par les Allemands, sur la rive du Ton. Un combat très vif s’ensuit : les pertes françaises sont graves. Une section de mitrailleuses est appelée à la rescousse.



07h :
L’avant-garde de la 7e division se trouve subitement sous une trombe de balles qui s’abattent sur la route. Des fractions des 9e et 12e compagnies du 103e R.I. font le coup de feu contre les Allemands abrités. Déjà fort éprouvées, elles sont à court de munitions. Ordre est donné d’essayer de tourner l’adversaire.
Le capitaine Bertin, qui conduit la pointe de la 7e division, rencontre des hussards français, et les habitants signalent que les Allemands se sont retranchés. Le capitaine se rend compte que si la division s’engage en colonne de route, elle se trouvera en mauvaise position pour se battre. Malgré les ordres d’avancer, il s’arrête à la gare. Il rejoint ensuite le commandant Henry, qui se trouve à La Tuilerie. Il insiste pour que toute l’avant-garde ne descende pas des hauteurs et que le bataillon pénètre seul dans Ethe, mais le commandant est lié par un ordre formel et cet ordre est d’avancer.
07h15 :
Le bataillon Jouvin pénètre dans Ethe par le pont principal.

07h20 :
Le gros de l’avant-garde de la 7e division, constitué par les deux bataillons Levin et Forcinal du 104e R.I. et par trois batteries du 26e R.A.C. pénètre dans Ethe. A sa tête marche le général Félineau.

Au moment où le 2e bataillon (Forcinal) arrive à hauteur de la Tuilerie, une trombe de balles venue du nord s’abat sur la route, ce qui oblige la troupe à s’abriter dans les fossés.


ils sont inscrit tous deux sur notre monument aux morts






Aout 1914



En août 1914

mardi 19 août 2014

le méchoui de Durcet 31 Août


le méchoui de Durcet aura lieu le 31 Août


Comme le veut la tradition au sein notre bourgade durcetoise, les bénévoles du comité des fêtes, présidé par Natacha Lainé se  mobiliseront pour le méchoui annuel, organisé à la salle communale.
Placé sous la responsabilité de Brigitte Pierre,  70 convives avait  passer l'année dernière une agréable journée conviviale, joyeuse et festive à souhait...  à votre tour !

samedi 16 août 2014

Il y a 70 ans...

Il y a 70 ans les journées du 17 et 18 Aout 1944 furent le théâtre de combats pour la libération de notre région et de notre commune de Durcet par les troupes anglaises.


près  d'un bâtiment à Landigou, un officier du"Hereforshire" consultait sa carte et préparait l'attaque sur Durcet pour sa libération.

"These deeds which should not pass away.  Names that must not wither.
The Last Post sounded, the soldier sleeps who died in honour.
Only those who have loved and lost, can understand war's bitter cost.
Oh for the touch of a vanished hand and the sound of a voice so still.
When days are dark and friends are few, 
My Dear Son, How I long for you.......
No dear one's stood beside him to hear his last farewell.
While he lies in silent sleep, his memory we will always keep"

-
la débâcle allemande




film d'époque tourné à Larchamp ayant pu être tourné aussi dans notre commune




et il y a 100 ans
le 17 aout 1914 les régiments ornais, ont pour mission d'avancer vers le Luxembourg...
pendant les 5 premiers mois 10 500 ornais seront tués au combat.


La 16ém division d'infanterie de Bourges est commandée par le général de Maud'huy

samedi 2 août 2014

Ordre de mobilisation générale, 2 août 1914




Concernant le Domfrontais, la plupart des hommes ont fait leur service militaire dans le 104e RI basé à Argentan et Paris, bien que soit établi dans la caserne Laharpe de Domfront le 1er Bataillon du 130e RI (les deux autres bataillons étant casernés à Mayenne). Lors de la mobilisation générale du 2 août 1914, les hommes nés en 1891, 1892 et 1893 sont incorporés dans le régiment d’active (104e RI d’Argentan), ceux nés entre 1881 et 1890 le sont dans le régiment de réserve (304e RI d’Argentan), tandis que le régiment des territoriaux (32e RIT d’Argentan) est formé des rappelés nés entre 1875 et 1880. Le 104e RI dépendait de la 7e DI à laquelle étaient également rattachés les 101e, 102e et 103e RI, l’escadron du 14e Hussards et le 31e Régiment d’Artillerie de Campagne. La 7e DI faisait partie du 4e Corps d’Armée de la 3e Armée, l’une des cinq armées mises à la disposition du général de division (3 étoiles) Joseph Joffre, le commandant en chef des armées du Nord et du Nord-Est.





vendredi 1 août 2014

il y 100 ans

Le samedi 1er août 1914, à 4 heures de l'après-midi, tous les clochers de France font entendre un sinistre tocsin à l'église de Durcet.
C'est la mobilisation générale.
la veille on avait tué Jaurès